02/11/2022

Portails motorisés : Garantir la sécurité des portes et portails motorisés

portail électrique

La sécurité des portes et portails motorisés ne concerne pas seulement les composants individuels qui composent le produit, mais la manière dont ils sont combinés pour s'adapter à un ensemble particulier de circonstances et ce qui est fait au fil du temps pour maintenir la sécurité.

À tout moment, un portail motorisé doit réagir de manière sûre lorsqu'une personne interagit avec lui. Sa conception doit tenir compte du fait que les interactions prévisibles peuvent aller bien au-delà de l'utilisation normale (par exemple, des enfants jouant autour ou avec/sur le portail motorisé), ainsi que l'usure normale et les influences environnementales défavorables, en particulier le vent et la pluie/la neige et autres débris qui peuvent altérer le fonctionnement.

Assurer la sécurité par la conception et la construction

Cela dépend en grande partie de la manière dont les différents composants (commutateurs, capteurs, dispositifs de sécurité, contrôleurs et moteurs) sont assemblés et connectés ensemble pour répondre à l'environnement d'utilisation particulier. La sécurité est généralement assurée par une combinaison de méthodes, notamment :

  • conception permettant d'éliminer les risques tels que : le portail s'enfuit dans une pente, sort des rails / bascule, comble les interstices au niveau des gonds créant des points d'écrasement, l'accès aux parties du mécanisme ou les interstices entre le vantail mobile et les autres vantaux (y compris les vantaux secondaires sur portails télescopiques) ou des parties fixes (supports, murs, etc.), les interstices des garde-corps dans lesquels les têtes peuvent se coincer, etc.
  • la stabilité et la résistance des supports et des fondations pour résister de manière adéquate aux forces dynamiques résultant du poids du portail lorsqu'il se déplace et aux effets des charges de vent, de manière à minimiser les effets néfastes sur les actionneurs et les systèmes de détection
  • protections fixes pour empêcher/limiter l'accès aux engrenages d'entraînement, etc., clôture à l'arrière des portails coulissants pour éviter les risques de cisaillement entre le vantail du portail et les parties fixes, etc.
  • contrôle de la vitesse, y compris la décélération à l'approche de la fin de la course / du mouvement de rotation où des risques d'écrasement peuvent survenir
  • limitation des forces exercées par les pièces mobiles (qui peuvent être fournies dans le moteur du portail lui-même), ou en conjonction avec des mécanismes de protection externes, y compris des bords sensibles à la pression fixés aux bords d'attaque et autres où des risques d'écrasement/d'impact existent, pour détecter et amortir l'impact avec un obstacle.
  • capteurs sans contact :
    • beaucoup d'entre eux ne sont conçus que pour empêcher la fermeture d'une porte sur un véhicule (notez que ces faisceaux ne sont généralement pas des dispositifs de sécurité à haute intégrité, en fait ils peuvent avoir besoin d'éviter un déclenchement trop sensible de la pluie / de la neige et des feuilles, et peuvent généralement être facilement contourné, par exemple en enjambant). Cependant, ils peuvent réduire la probabilité de contact avec le portail mobile, en particulier s'ils sont doublés, par exemple deux faisceaux à des hauteurs différentes, sur les côtés "publics" du portail.
    • les poutres de sécurité, qui, en tant que «composants de sécurité» à intégrité supérieure, peuvent être déployées dans certains cas pour éviter tout contact avec la ou les portes mobiles, mais en raison du coût, elles sont moins courantes que les bords sensibles à la pression
  • le mode de fonctionnement du portail : action maintenue ou automatique (entièrement automatique ou à partir d'une impulsion de démarrage), et
  • le comportement global du système tel qu'il est fourni par le contrôleur du système (par exemple, pas seulement s'arrêter lorsqu'il rencontre un obstacle, mais également reculer d'au moins une courte distance pour éviter le piégeage, car même être tenu mais pas écrasé peut toujours être dangereux s'il n'y a pas sauvetage),
  • qui dépend de la compatibilité et des connexions entre les différents composants. Par exemple, un portail utilisant un contrôleur de catégorie 2 (tel que défini par BS EN 954-1 ou BS EN ISO 13849-1) ne peut fournir qu'un système de sécurité global de catégorie 2, même si d'autres composants sont fabriqués en catégorie 3. De plus, si les autres composants ne sont pas connectés correctement au contrôleur, le système de sécurité global peut même ne pas atteindre la catégorie 2, car cela nécessite qu'un défaut lié à la sécurité, dans n'importe quelle partie du système de sécurité global, soit détecté au plus tard à la fin de la prochain mouvement de porte.
  • la manière dont le système a été câblé et configuré pendant / après l'installation, y compris la qualité et la protection physique du câblage et des connexions entre tous les composants, pour résister aux dommages, à la détérioration et à la pénétration d'eau pouvant entraîner la perte de la fonction de sécurité (par exemple par des courts-circuits),
  • la façon dont le portail réagit lorsque l'un des dispositifs de sécurité est activé, de sorte qu'aucun risque supplémentaire n'est créé par la réponse du système (par exemple lors d'une marche arrière après avoir rencontré un obstacle),
  • comment il est ensuite entretenu / réglé à mesure que les pièces s'usent et réagissent aux conditions environnementales (par exemple, les forces de température et de vent, en particulier sur les portails à charnières fermés qui peuvent subir des charges de vent élevées que les moteurs d'entraînement peuvent ne pas toujours être en mesure de surmonter).

Tous ces facteurs doivent être pris en compte dans le cadre de la conception initiale (par une évaluation des risques appropriée), des spécifications et de la construction, et des informations appropriées fournies dans les instructions d'utilisation, y compris sur l'entretien de routine et la nature et la périodicité des contrôles de sécurité. Lorsque la limitation de la force est la stratégie de sécurité utilisée, les détails des tests de force spécifiques doivent être fournis. La sécurité du produit à vie ne dépend pas seulement de la conception et de la construction, mais aussi de la façon dont il est utilisé et entretenu, souvent par des personnes non impliquées dans la conception et la construction d'origine.

Entretenir pour la sécurité

Les composants peuvent s'user et tomber en panne, parfois de manière catastrophique. Comme la plupart des machines, les portes et portails motorisés doivent être entretenus pour rester en sécurité. Les barrières motorisées faisant partie des lieux de travail ou des parties communes des complexes résidentiels seront soumises à la loi sur la santé et la sécurité. Les propriétaires, les occupants, les propriétaires et les agents de gestion auront des responsabilités continues pour la sécurité de tous les utilisateurs et de tous ceux qui pourraient rencontrer la porte.

Ceux qui entreprennent des travaux sur des portails motorisés sont responsables de ce qu'ils font et de laisser la machinerie dans un état sûr, ce qui peut inclure la mise hors tension et l'isolement de l'alimentation si elle doit être laissée dans un état dangereux. Des modifications substantielles peuvent nécessiter une réévaluation, dans certains cas un nouveau marquage CE par la personne effectuant les modifications.

Évaluation des risques, compétence et formation

Bien qu'il puisse y avoir des composants standard, voire des produits finis, la vaste gamme d'emplacements dans lesquels ils sont installés et les conditions environnementales variables auxquelles ils sont exposés signifient que la plupart des portails motorisés seront des produits uniques nécessitant une certaine forme d'évaluation des risques spécifiques, à la fois pour l'installation et l'utilisation ultérieure. Il n'est donc pas possible de définir des solutions standard pour la sécurité : chaque portail motorisé doit être considéré individuellement et globalement, en utilisant des outils d'évaluation des risques appropriés et des connaissances / expertises pour gérer les risques au cas par cas.

De nombreuses organisations proposent une formation générale sur l'évaluation des risques, et au sein de l'industrie britannique des portails motorisés, Gate Safe et la Door and Hardware Federation peuvent fournir une formation spécifique sur la sensibilisation et les compétences des portails motorisés.

Les personnes travaillant avec des portails motorisés ont besoin de diverses compétences en fonction de leur rôle. Souvent, différents membres d'une équipe apporteront des compétences différentes au travail, par exemple des électriciens pour le câblage et la vérification de la sécurité de base des composants électriques. Dans certains cas, pour évaluer les performances des composants, un équipement ou des instruments spécifiques peuvent être nécessaires. Par exemple, lorsque la limitation de la force est le principal moyen de sécurité, une certaine forme de test de force objectif (par exemple sur le modèle de la norme EN12445) sera nécessaire pour s'assurer que le produit final tel que livré se situe dans des limites de sécurité, et pour vérifier ensuite que le produit reste sûr. Cela peut nécessiter des compétences spécifiques supplémentaires et une tenue de dossiers appropriée.

Utilisation de normes pour la conception, l'évaluation et les essais

Il existe un certain nombre de normes actuelles qui concernent les portails motorisés, notamment :

  • BS EN 13241-1 la norme de produit pour les portes et portails motorisés (et la plus pertinente pour le CPR)
  • BS EN 12604 & BS EN 12605 sur les exigences mécaniques et les essais
  • BS EN 12453 et BS EN 12445 sur les exigences et les tests pour les portails motorisés
  • BS EN 12635 sur l'installation et l'utilisation
  • BS EN 12978 sur les dispositifs de sécurité pour portes et portails motorisés
  • BS EN 60335-2-103 sur les entraînements pour portails domestiques et similaires
  • BS EN 60335-2-95 sur les entraînements pour portes de garage résidentielles à déplacement vertical

mais à l'heure actuelle, le seul respect de ces normes dans la plupart des cas ne garantira pas que toutes les exigences obligatoires en matière de sécurité (les EHSR de la directive Machines) seront respectées (voir ci-dessous).

En particulier, des dangers peuvent subsister en ce qui concerne :

  • Charnières, en raison de la façon dont les forces mesurées comme spécifié par les normes ci-dessus sont « amplifiées » plus près du point de pivotement, en particulier lorsque les risques d'écrasement/de piégeage n'ont pas été supprimés par la conception/la construction (ce qui peut être moins facile à éviter lors de la conversion de portails existants au fonctionnement motorisé). Un incident mortel chez un enfant en 2006 a été en partie attribué à la conception de la zone de charnière d'une porte à charnière.
  • Jeux de cisaillement, en particulier sur les portails coulissants entre les vantaux mobiles et les parties fixes (ou dans certains cas où les vantaux se croisent, par exemple les portails coulissants télescopiques.
  • Limitation de la force, car les recherches publiées (Mewes & Mauser 2003) suggèrent que les forces d'impact maximales autorisées par les normes peuvent ne pas toujours être approprié pour les membres les plus vulnérables de la société (enfants, etc.) qui peuvent raisonnablement rencontrer des portails motorisés (en pratique, il a été constaté que lorsque les "bords de sécurité" sont correctement sélectionnés et correctement installés, les forces d'impact mesurées sur les portails motorisés à charnières et coulissants peut être nettement inférieur aux niveaux maximaux spécifiés dans la norme EN 12453).
  • Systèmes de contrôle, car la norme clé (BS EN 12453) ne définit pas d'exigences minimales d'intégrité de sécurité et de fiabilité dans tous les cas.

L'utilisation de l'une des normes ci-dessus par les fabricants pour la sécurité des produits n'est pas obligatoire (bien que les produits relevant du champ d'application de la norme EN 13241-1 puissent devoir être délivrés avec une déclaration de performance en vertu du règlement sur les produits de construction). ci-dessus) ne donnent plus une "présomption de conformité" complète avec la directive Machines (2006/42/CE) : EN 12453, EN 12445, EN 12604, EN 12605, EN 13241-1 et EN 12635.

Par conséquent, les fabricants devront montrer en détail dans le dossier technique de chaque portail motorisé comment ils ont conçu et construit le portail pour répondre aux EHSR exclus de la «présomption de conformité» et être sûr pendant la durée de vie prévisible du portail, en tenant compte d'une mauvaise utilisation prévisible, ainsi que l'utilisation prévue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *